4 semaines

Arriver à Paris. S’y déposer pour quelques mois, juste pour voir si un tel mouvement peut créer l’excitation dans ma vie. Réaliser un tel rêve devrait, après tout, être source de joie, et combler de bonheur l’aventurière qui a décidé en tout premier lieu d’essayer, tâter le terrain, par pure curiosité, juste pour voir.

Daguerre

Après 34 années passées parmi vous, je me retrouve des qualités — et ça sera à vous de juger si ce sont vraiment des qualités — qui me surprennent. Naiveté, imagination fertile, et rêveuse fantaisiste (cette dernière, c’est vraiment une découverte pour moi!).

Eh bien, la naïve-à-l’imagination-fertile-qui-est-aussi-rêveuse-fantaisiste-à-ses-heures envisageait qu’une fois arrivée à Paris, tout ses problèmes disparaîtraient, que circulerait parmi ses globules rouges une énergie à tout casser, genre d’énergie qu’on a lorsqu’on tombe amoureuse, énergie qui me permettrait de créer rapidement (je dis rapidement, comme dans “en moins de 5 jours”) mon nouveau monde, mon nouveau bonheur, une nouvelle vie ici.

La réalité est, vous vous en doutez (moins naïf que mois vous êtes!) toute autre chose. À mes cotés dans cette merveilleuse aventure, mes maux de dos, la recherche, les remises en question continuelles (qui je suis, qu’est-ce que je fais de ma vie, pourquoi je suis de ce monde), et la peine que je traîne de savoir que papa se fatigue un peu plus chaque jour de traitements qui sont censés le guérir — tout ça m’a suivie dans mes bagages.

Butter

Macarons

Après presque 4 semaines ici, il y a plein de moments de bonheur (et plaisirs gourmands!), et l’équivalent en mélancolie et grisaille. Des moments où mon chez moi et mes habitudes des 6 dernières années me manquent (liste : mon lit, mon bain, le soleil qui illumine les pièces chaque jour, ma cuisine lumineuse, mes tasses, mes plantes, mes nombreux coins pour lire, penser et créer, mon balcon, le silence, le silence, le silence!). Ça doit être ça le changement, apprendre à apprécier la nouveauté, car on change rarement d’emplacement pour que tout reste as is, hein? On défait ses valises à Paris parce qu’on est blasé des endroits qu’on connaît trop bien, parce qu’on a besoin de changer d’air, de se brasser et s’éveiller d’un long sommeil, de voir du nouveau, de se sentir bien en vie, de voir “ça fait quoi” se sortir de ses zones de confort, juste par curiosité.

View

Chaque matin après avoir fait le tour de mes courriels et blogues préférés, je fais une balade dans le cimetière du Montparnasse. Les balades sont fréquentes quand on a mal au dos, 4 ou 5 marches par jours, ça réchauffe et détend les muscles, alors j’en marche un coup ici, en écoutant Zach. Depuis que j’ai appris pour papa, c’est pas mal tout ce qui me remonte le moral musicalement – depuis juillet Beirut est à peu près tout ce qui joue dans mon ipod. Au cimetière, je regarde les gens qui viennent se receuillir et ai envie de leur parler, les questionner à savoir c’est comment de vivre quand un des être pilier de votre vie souffre, comment on fait pour rester heureux quand une personne sur qui on s’appuis depuis des années pour avancer est malade, que ca soit un parent proche ou un compagnon de vie, comment faire pour continuer à célebrer la vie avec cette souffrance?

Et je parle aussi aux âmes enterrées du cimetière, j’aimerais bien qu’elles me disent si la vie de l’autre coté coûte aussi cher, sinon plus, que la vie Parisienne, que je le sache, juste au cas où…

Montparnase

Spring

À travers ces moments, ceux où je sautille de joie d’être ici et les autres où mon coeur se sent arraché de ses racines, je prends des photos, des dizaines par jours, et je profite des terrasses qui sont enfin ouvertes. Pour 2 euros, j’ai une heure de bonheur à écrire et regarder passer le paysage de la ville sous mes yeux.

2 euros

Author: m-c

Share This Post On

6 Comments

  1. Les transitions. Ce sont des moments chargés et fascinants de nos vies.

    Post a Reply
  2. oh paris, i got hungry looking at this post, hope you’re enjoying the fabulous city 🙂

    Post a Reply
  3. Je savais pas que ton père était malade! Je pense à toi fort! C’est plaisant de te lire. Je suis dans un creux ces temps çi et j’ai aussi beaucoup de remise en questions. Ça me fait du bien de ne pas me sentir toute seule à vivre ça. Bonne journée! Il fait gris à Montréal aussi!

    Post a Reply
  4. un changement amène des excitations instantannées, et Paris en offre beaucoup!, mais pour les changements en profondeur on les aperçoient avec du recul, et je suis sûre que tu vas en trouver…;)

    Post a Reply

Commentaires - Comments