Paris, Marseille, Barcelona… Montreal

Canal St-Martin, Paris
Poésie trouvée au coté du Canal St-Martin, Paris

De retour d’une aventure magnifique, un voyage excitant qui m’a permis en 2 semaines de m’éloigner de mes tracas, et comme pour tous mes autres voyages, j’ai su m’étourdir juste assez pour qu’une fois reposée, la poussière retombée, je puisse facilement me remettre à jour sur ce que qui me fait vibrer, me reconnecter à mon intuition, et retrouver la clarté dont j’ai tant besoin pour avancer.

Me, Galerie lafayette rooftop
Terrasse des Galeries Lafayette, vue sur Paris, moi sérieuse

D’abord Paris
Arrivés à 7h du matin après 6 heures de vol, nos 3 jours à Paris étaient bien planifiés : marche, terrasses, marche, terrasses. Trois jours avec mon amoureux, à déambuller et visiter nos endroits préférés dans le marais, le 10ième, St-Germain et le cimetière du Père Lachaise, s’étaler sur les terrasses pour enfiler des cafés crèmes* et croissants au beurre infiniment plus succulents que ce qu’on a comme pâtisserie au Québec, regarder passer les gens, observer leur va et viens en s’imaginant leur quotidien, contempler la vivacité et la nouveauté autour de nous.

Chris at Canal St-Martin, Paris
Chillin at the Louvre
Chillin at the Louvre
Canal St-Martin, et repos au Louvre

Ensuite, 3 jours à Marseille, via le TGV
Encore ici, 3 jours à marcher, et surtout à chercher quel sera notre prochain repas, la France n’étant pas facile à gérer pour des végétariens. Nos 3 jours à Marseille nous ont servi de base de repos, entre nos 2 destinations principales, Paris et Barcelone.

Marseille
Port de Marseille

Barcelone!
Ah! la ville dont j’ai tant rêvé! Dès notre arrivée, je m’y suis sentie comme un poisson dans l’eau, le beau temps, la chaleur, et la méditerranée aidant.

Chris, chill'n
It is HOT and i'm getting red!

Notre itinéraire s’arrêtait dans cette ville magnifique, où nous avons passé une semaine entière à admirer un rythme de vie qui m’était jusqu’ici inconnu : le déjeuner se prend vers 11h, et le dîner entre 14h et 16h (ce qui est aussi l’heure de la sieste, donc tous les magasins sont fermés). Entre 19h et 22h, c’est l’heure des terrasses et des tapas, et s’en suit le souper entre 22h et minuit.

Cortado, por favor!
Our balcony...
Le café Cortado, et notre terrasse

Nos journées débutaient autour des 10h avec un excellent café Cortado, avec lequel on se décollait les paupières pour ensuite mieux déambuler dans les quartiers qui nous semblaient intéressants (Barri Gothic, El Raval, Riberba, MontJuic, Gracia).

Chris at park guell
Le beau Chris posant au coté des mosaiques du parc Guell

Vers 14h, soit après 3 heures de marche, nous nous attablions dans un des nombreux restos végétariens pour profiter de ce que les Espagnols appellent le “Menu”, un dîner complet autour des 9 euros. Vers 15h, de retour à notre appartement pour un petit repos avant de nous diriger vers la plage, à environ à 15 minutes de marche pour nous. De retour autours des 19h, c’était le temps des tapas et verre de vin dans une des superbes petites terrasses de la ville, pour ensuite terminer la journée autour d’un souper vers 22h. Encore ici, beaucoup d’excellents menus autour des 9 euros étaient disponibles, ce qui fait de Barcelone la ville où nous avons le mieux mangé, même en comparaison avec New York où il y a de nombreux restos végé.

Chilli'n!

Ce rythme de vie nous convenait parfaitement, et nous fait rêver d’une vie là-bas, où la qualité de vie semble encore avoir sa place. J’envie à ces gens la mer, le climat doux à l’année (la température descend rarement sous les 6 degrés en hiver), le climat multiculturel, la culture, l’architecture de cette ville colorée et garnie de superbes pièces d’arts sur les places publiques. J’étais par contre dérangée par le tourisme agressif qui dévaste la ville : entre juin et septembre, des hordes d’Européens, Asiatiques et Américains débarquent chaque jour et remplissent les rues de manière absolument non transparente, ce qui change pour beaucoup le paysage et l’ambiance de cette ville magnifique.

Chris in front of Gaudi's buildingPark Guell
Architecture de Gaudi

Barcelone nous a donc fait rêver, et beaucoup de questions restent en suspens dans nos esprits, nous qui sommes depuis un temps à la recherche d’un nouvel endroit pour vivre, à savoir comment serait la vie pour nous là-bas, comment assimilerions-nous cette nouvelle culture, en sachant que ça implique d’apprendre une nouvelle langue. Nous allons peut-être préférer le sud de la france, une petite maison loin de la ville…

Pour ce qui est d’ici maintenant, de retour au Québec, en amérique du nord, paradis des autoroutes, des parcs commerciaux et chaines de fastfood et de cinémas Guzzo, Christiane Charette est à nouveau en ondes, et le show de Languirand a du être déplacé à cause de TLMEP – je me dis que c’est vraiment le temps d’aller voir ailleurs si j’y serais pas. À suivre!

Me by ChrisChris, about to sing i guess

* cafés-crème à 4 euros, comparé à 1,40 euro à Barcelone, ça vous donne une bonne idée de l’échelle des prix de consommation dans une ville comme Paris à l’heure actuelle…

Pour voir l’album complet de nos photos, cliquez ici!

Author: m-c

Share This Post On

1 Comment

  1. Superbe carnet de voyage! Pour la recherche d’un nouveau chez-soi plus en harmonie avec vos attentes, un de mes meilleurs amis vivant à Montréal a fait l’expérience d’un déménagement sur l’île de la Réunion. Ils ont tenu deux ans avant de revenir… Pas forcément évident de trancher avec ses racines.

    Bises & take care!

    Post a Reply

Commentaires - Comments