Musique Locale : Mon Pop Montréal

Propos recueillis par l’Elektrik Erik pour Vu d’ici.

*

Mon itinéraire Pop Montreal n’a pas été si démentiel que ça, mais il m’a quand même fait oublier de poster pendant son déroulement. Bref, retour.

Mercredi 04 octobre
Je débute le festival en tant que combattant, littéralement. Dans un Academy Club en feu, on (Gatineau) s’est fait crisser une volée (amicale) par John ‚Äòhater‚Äô Lee et Jordan ‚Äòle prince noir de l’electro‚Äô Dare. Peer Pressure dominait toute la soirée, mais Omnikrom, l’on remporter, non sans contestations. Les français, instigateur en visite, se sont bien débrouillé aussi. Je comprends toujours pas pourquoi le monde trippe autant sur des tounes cheese eighties et, encore pire, du dance nineties. Mystère et boule de gomme. Heureusement, il y avait des coupons de bière pour les participants.

Jeudi 05 octobre
Je ne foutais rien, chez moi. J’aurais du aller voir Les Breastfeeders ou TTC et compagnie. Oh well.

Vendredi 06 octobre
Direction, le désagréable Hémisphère Gauche, pour une bonne prestation du duo féminin rock Kickers. Je les aime déjà, ce n’est pas trop difficile de continuer dans cette veine. Ensuite je vais enfin voir ce qu’est ce fameux Le Husky. Franchement, je ne suis pas vraiment impressionné, ce n’est pas mauvais, mais ce n’est pas la révélation non plus. Disons que c’est pas un batard, mais il n’est pas pur sang non plus ce cabot. La scène n’est pas toujours le bon endroit pour entendre des pièces pour la première fois. Chose certaine sont look grunge-je m’en foutisse-j’ai un t-shirt de U2 et une tuque, on repassera. Tout le contraire pour sa violoniste/choriste, le prototype parfait de la petite brunette comme je les aime, petite robe noire en prime. J’aime bien son blog, maintenant, je peux y accoler un agréable visage. Instantanément elle c’est hissée dans mon top canon féminin de la scène, même ma date était d’accord. J’ai finis la soirée avec les filles de Pony Up, qui ont donné une bonne prestation, sauf qu’il me semble que Sara n’avait pas assez de tour au micro.

Samedi 06 octobre
La Ukrainian Federation est une sale très agréable, si ce n’est que des places assises pour un show rock c’est un peu poche. Le stage est bien, le son et bon et les jeux de lumière sont plus que respectable, en plus le show est à l’heure. Bien sûr pas moi, alors j’attrape juste la fin de Geronimo et leur rock puissant. Les Lovely Feathers mettent le feu aux poudres et ce n’est pas long avant que tout le monde se lève de leurs sièges. Leur rock mélodique et accrocheur marche très bien. De plus j’apprécie beaucoup le duo chanteur/guitariste qui se relance à tour de rôle. On termine le tout avec la sensation hip qu’est Tapes ‚ÄòN Tapes, on avait name dropper dans le programme les noms de Pavement et Pixies, ils ne sont pas tout à fait l’un ni tout à fait l’autre, mais leur prestation est bonne et leur musique aussi. Je pédale ensuite vers l’Academy Club, de peur de manquer Duchess Says. J’arrive bien à l’heure et me tape même les très ordinaire Stop Die Resuscitate. Qu’importe, tous les copains sont là. Enfin les duchesses attaquent le stage alors que la place est maintenant bondée de gens survolté. Comme d’habitude, une bonne habitude, les Duchesses sont fidèle à eux même et Annie-Claude, leadeuse névrosé, conquis la place à grand coup de délire et de balade sur le public. On finit la soirée à la pizzeria à agacer ‚Äòle putain de français‚Äô Romain Rock.

Dimanche 07 octobre
Dans un Divan Orange moyennement plein, les gars de Gatineau défoncent la baraque. Délire, burlesque, vulgarité, grossièreté, intensité et bien d’autre émotions sont au rendez-vous; the usual quoi! En prime, une nouvelle composition; The Christ is right et un Lovesong#2 acapella pour clore la soirée. Je termine la soirée au Korova où TTC fait la pluie et le beau temps. Mon adversaire et surtout copain John Lee se laisse aussi aller sur les platines et je délire sur le dance floor avec le putain de français du Rock.

Cher Pop Montréal, des shows à l’heure, c’est le minimum de professionnalisme qu’on s’attend d’un festival, surtout quand l’horaire est si chargé. Mais bon, je t’aime quand même.

*

Leurs Pop Montréal:
Les dudes de Vox Pop nous racontent leur Pop en images mouvantes. Le Nighlife à laisser Méliza Ash et Guillaume Pelletier prendre des photos comme des asiatiques en rut. Mat De Rome frappait fort dans le iPod Battle, à grand coup de lentille.

Author: admin

Share This Post On