la Dérappe

Version française de The Dérappe, c’est avec un Grand D qu’on la décrit. D’ailleurs, à mon humble avis, Grand devrait toujours s’écrire avec un G majuscule, et si on reste dans le même désordre d’idée, majuscule devrait toujours être écrit en lettres capitales.

Enchaîne tabouère.

Donc, c’est la veille que tout a commencé, au Laika précisément.
toine : ‘On fait tu dequoi demain?’
moi : ‘Oui ca me tente’

17h45 le lendemain, sujet d’un courriel de toine : ‘booze’
18h, réponse de Nika, sujet du courriel : ‘où et à quelle heure’

Bah je me dis, confortablement installé chez moi en train de me brainwasher avec 4 heures d’affillée de The O.C, Seth Cohen étant un des personnage principaux de la télésérie, à 2 doigts près à l’image de ce que pourrait être mon partenaire idéal. Je me dis que oui, je pourrais bien sortir, prendre une ou deux bières histoire d’oublier le fait que Seth est complètement, voir totalement absent de ma vie. Mais la soirée avait beaucoup trop à offrir à nos 4 âmes en feu, ignorantes de ce que la Main leur réservait en ce vendredi soir 4 novembre 2005 (ca a sûrement à voir avec la théorie du 4:4 couramment utilisée par les hommes de science).

Nous ont donc vu déambuler, par ordre chronologique : Le Bifteck, Le Korova, Le Green Room et finalement, La Rue St-Laurent au grand complet. Quelques heures de sommeil et bang, le cadran sonne, fuck on est samedi, et hangover ou pas, j’ai une réunion de travail qui est scédulée pour durer toute la journée.

Compte rendu : trouver 20 piasses par terre c’est super cool nika, mais les shooter + la bière = plus jamais. Une image restera cependant gravée dans ma mémoire à jamais, celle de la fille qui cour du bar au dancefloor, balayant tout le monde sur son passage, brandissant ses mains dans les airs et s’écriant avec toute l’intensité qu’on pourrait lui reprocher : ‘Cé ma tooouuuuune!!!’.

Author: m-c

Share This Post On